L'invention du modèle numérique intégral :

le début de l'histoire

 

Nous avions recruté Guy Perazio, géomètre expert. Nous, c'est à dire la DRAC Rhône Alpes, Gilbert Mantovani, Isabelle Pissard et moi-même. C'était en 1996. Guy avait réalisé tous les levés de géomètre pour l'agrandissement de la chatière, cet étroit boyau dans lequel il nous fallait pénétrer en vidant l'air de nos poumons, et par lequel les inventeurs de la grotte : Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hilaire, avaient pénétré le jour de sa découverte, en 1994. Je m'occupais des appels d'offres - très particuliers - étant donné la confidentialité qui entourait le projet. Deux raison à cela : les procès en cours, et la fragilité de ce patrimoine. A la suite de ce premier travail, il nous a fallu songer à l'intervention des scientifiques. Nous avions eu la chance de visiter, grâce à François Rouzeau, les grottes ornées pyrénéennes, dont, à tort ou à raison, nous étions sortis émerveillés, mais aussi horrifiés. Ces grottes, fouillées par les archéologues, étaient détruites, et nous gardions de ces visites ce sentiment de la misère attachée à la recherche archéologique une fois qu'elle est passée. Aussi avons-nous décidé, tous les trois, que cela ne se ferait pas. La première chose que nous avons faite, c'est de proposer à la DRAC un protocole de comportement qui empêchait les scientifiques de réaliser toute action destructive - ce protocole, à présent placé sous l'autorité de la conservatrice, Dominique Baffier, est toujours en vigueur - . Puis nous avons recruté une entreprise de chaudronnerie blanche, qui a réalisé le réseau de passerelles qui permet de voyager dans la grotte. Chauvet est la seule grotte au monde dont tout le réseau de passerelles - aux piètements moulés sur le sol, avec minimisation de l'impact - est entièrement réalisé en inox. 10 MF ont été investis par l'État pour cette réalisation, qui a été effectuée en plusieurs tranches et s'est étalée sur des années. C'est exceptionnel. Aucune grotte n'a jamais bénéficié d'un tel traitement. Nous en avons fait le cahier des charges. Gilbert Mantovani en a fait le suivi d'installation.

 

Pour permettre cela, il fallait un relevé numérique des sols.

 

Pour mieux nous connaître :